Ouvrages
DESCRIPTIF
  • Parution : Juin 2020
  • Coll. : En temps & lieux
  • Volume : 92
  • ISBN EHESS : 978-2-7132-2812-4
  • Prix : 25.00€
Corps politiques
Le sport dans les luttes des Noirs américains pour la justice depuis la fin du XIXe siècle
Nicolas Martin-Breteau
Le corps noir étant la cible première de l’oppression raciste, les Africains-Américains ont fait du corps sportif une dimension essentielle, bien que souvent négligée, de leur résistance politique. Nicolas Martin-Breteau propose une histoire renouvelée de la manière dont le sport noir américain, depuis la fin du XIXe siècle, a participé aux longues luttes pour la dignité et la justice raciales aux États-Unis.
À la fin du XIXe siècle, la violence raciste dirigée contre la communauté africaine-américaine a détruit les avancées historiques obtenues par l’abolition de l’esclavage une génération plus tôt. Nicolas Martin-Breteau retrace ici la manière dont les Africains-Américains ont utilisé le sport pour leur intégration dans la société américaine. L’éducation physique s’est ainsi faite éducation politique afin de renforcer la fierté raciale à l’intérieur du groupe puis démanteler les préjugés raciaux à l’extérieur.
Corps politiques
montre comment Washington a constitué le berceau méconnu de ce programme d’élévation individuelle et de libération collective qui continue d’influencer les mobilisations antiracistes noires aux États-Unis.

Sommaire
Introduction

Première partie - Le sport et l’élévation de corps de « caractère » (v. 1890-1930)

Chapitre premier. «Par ce signe nous vaincrons». Sport, « caractère » et élévation de la race
L’élévation de la race, une politique de la dignité et de la vérité
L’élévation de la race, « caractère » du corps, de l’esprit et de l’âme
Élever la race par la régénération du corps sportif

Chapitre 2. « Nous avons besoin d’hommes forts ». Sport, éducation et virilité
Edwin B. Henderson et l’égalité raciale par le sport
Lycées, universités, YMCA : des « centres de construction du caractère »
Exercices oratoires et militaires : préparer l’esprit et le corps au combat

Chapitre 3. « Un corps beau, fort, résistant ». Sport, charme et féminité
Le sport dans la nouvelle culture du corps féminin noir
Le charme des reines de beauté et des belles de matchs
Maryrose R. Allen et l’esthétique paradoxale du corps noir

Deuxième partie - Le sport et la mobilisation de corps puissants (v.1920-1960)

Chapitre 4. «L’unique grande assemblée». Sport, New Negro et « Football Classic »
L’invention d’une tradition sportive noire
Un spectacle social total
Une entrave aux progrès de la race ?

Chapitre 5. « Fort, propre et vrai comme l’acier ». Sport, représentants de la race et droits civiques
Le premier âge : bâtir un esprit sain dans un corps sain
L’âge d’homme : démontrer l’égale dignité de la race
L’âge mûr : instituer l’égalité politique de la race

Chapitre 6. «Des pratiques nazies». Sport, mobilisation politique et déségrégation raciale
Le Recreation Board et l’institutionnalisation de la ségrégation raciale
Mobiliser contre la ségrégation raciale des espaces de loisirs

Troisième partie - Le sport et les contradictions de l’excellence par le corps (depuis 1945)

Chapitre 7. « La démocratie en action ». Sport, bourgeoisie noire et mouvement pour les droits civiques
E. Franklin Frazier, la « bourgeoisie noire » et le sport
Le Pigskin Club et la « démocratie dans le sport »
Un « appel à l’âme » : le sport, force de progrès social ?

Chapitre 8. « Une fuite effrénée hors de la liberté ». Sport, « racisme institutionnel » et Black Power
« White Power » : le racisme comme structure sociale
« Black Power »: Nathan Hare, boxe et nationalisme noir
Le sport, un nouveau « commerce d’esclaves »?

Chapitre 9. « Un mythe américain »? Sport, élévation de la race et « crise urbaine »

Décence versus délinquance: le sport, réponse ambiguë à une panique morale
Big-money sports : un effacement de la morale sportive ?
Supériorité corporelle, infériorité intellectuelle : l’enracinement des stéréotypes raciaux

Conclusion. Élévation de soi et luttes minoritaires

Un long mouvement perfectionniste ?
Une stratégie politique conservatrice ?
Une condition de la parole minoritaire ?