Hors plan
L'économie informelle en URSS
Revue Cahiers du monde russe. Russie, Empire russe, URSS, États indépendants, n° 59/2-3
L’économie au ras du sol
Ce dossier étudie l’économie soviétique par le prisme des pratiques semi-légales de ses acteurs, c’est à dire en partant d’une interrogation sur la manière dont les Soviétiques entreprenaient certaines actions économiques dans le contexte contraint de pénurie et hors les directives de la planification. À travers des études de cas se situant dans différents contextes historiques, sous le stalinisme, dans les années 1960 et les années 1970-1980, les auteurs suivent au plus près, comment des directeurs d’entrepôt, des associations caritatives ou des clubs  d’amateurs s’approprient biens et marchandises pour les utiliser d’une manière déviée, détournée de leur usage premier. Ce questionnement d’histoire matérielle, sur les parcours des objets et des marchandises se double d’une réflexion sur l’intention des acteurs sociaux et économiques. Les articles reconstituent leur perception sur la manière l’économie fonctionne réellement, en marge des circuits officiels.  Faisant preuve de créativité, ces entrepreneurs se positionnent dans un système d’échanges hors les règles, mais répondant pourtant à un certain nombre de prescriptions morales. Le passage par une étude de cas, ou par l’épreuve de la micro-histoire, permet de faire émerger d’autres formes de rationalité économique et d’autres circuits d’échanges qui ont tout autant structuré l’histoire économique de cet espace que les régulations légales, réglementaires. Ces études demandent à être systématisées sur le long terme de l’histoire soviétique, voire de l’histoire russe.

Dans la seconde partie de ce numéro, les Cahiers rendent hommage à Arsenij Roginskij, historien russe, l’un des fondateurs de Memorial, principale association de défense des droits de l’homme en Russie. Dans les deux récits autobiographiques se raconte à travers des séquences très différentes de sa vie. Dans le premier il met beaucoup l’accent sur son expérience des camps soviétiques et son lien à la dissidence, dans le second, il revient davantage sur le temps long de l’histoire familiale et sur les débuts de Memorial. À ces deux récits s’ajoute le témoignage écrit par Maria Ferretti, historienne, disparue quelques mois après A. Roginskij. Ces deux historiens avaient beaucoup en commun, de générosité et d’intégrité dans leurs engagements, mais aussi de volonté de décrypter les évolutions politiques du présent à la lumière des usages mémoriels du passé.


Sommaire

Introduction de Juliette Cadiot 

Oleg KHLEVNIUK 
«Tolkaci », Parallel´nye stimuly v stalinskoj ekonomiceskoj sisteme, 1930-e gody – 1950-e gody 

Juliette CADIOT 
L’affaire Hain : Kyiv, hiver 1952 

Xenia CHERKAEV 
Self-made boats and social self-management : The late-Soviet ethics of mutual aid 

Irina TCHERNEVA 
Rupture du monopole dans la fabrication du cinéma : studios institutionnels et pratiques économiques alternatives (1958-1970) 

Arsenij ROGINSKIJ (1946-2017) 

Alain BLUM, Catherine GOUSSEFF 
Arsenij Roginskij (1946-2017) 

Arsenij ROGINSKIJ 
Arsenij Roginskij : la vérité et le droit. Souvenirs autobiographiques 

Arsenij ROGINSKIJ 
La chose la plus monstrueuse était l’absence de couleurs

Maria FERRETTI 
L’histoire d’un homme entier 

Alexis BERELOWITCH 
Maria Ferretti (1958-2018)

Résumés/Abstracts 
Livres reçus
DESCRIPTIF
  • Parution : 2019
  • Revue : Cahiers du monde russe. Russie, Empire russe, URSS, États indépendants
  • Numéro : 59/2-3
  • ISBN EHESS : 978-2-7132-2746-2
  • Prix : 33.00€